Interview/LE PRÉSIDENT DAOUNE BOUNDOU DE GBIKINTI TAPE DU POINT SUR LA TABLE

0

Le bureau directeur du club de football Gbikinti de Bassar avec à sa tête le président Daoune Boundou a tenu samedi 14 janvier à Bassar une réunion de crise afin de mettre fin aux violences qui minent les matchs de championnat du club à Bassar. La rédaction de togofoot vous propose l’interview du président à l’issue de la rencontre.

POURQUOI CETTE RÉUNION ET QUE PEUT-ON RETENIR À LA FIN?Togofoot
Aujourd’hui nous avons tenu une réunion de crise que nous avons appelée assemblée générale juste pour déterminer ce que nous devons faire à l’avenir parce que nous venons de finir la première phase où il y a eu beaucoup de problèmes. Vous savez,tous les clubs ont des problèmes financiers mais nous en dehors des problèmes financiers nous avons un problème de violence sur notre terrain où on s’en prend même jusqu’aux autorités locales,au président du club,aux arbitres qui arrivent sur le terrain de Bassar. Nous ne voulons plus que ça se passe comme ça,que les gens maîtrisent les lois de jeu ensuite savoir que le football ne peut pas rouler sans argent. Il y a des supporters qui sont là qui ne cotisent rien et qui ne savent même pas comment on fait pour que le club vive,ils ne savent même pas comment les joueurs vivent,ils font les problèmes et menacent les gens sur le terrain. Nous ne voulons plus que cela continue comme ça. De deux,nous sommes dans un championnat où il y a 14 clubs et que 4 clubs descendent en division inférieur à la fin de l’exercice. Si on ne sait pas faire,si on s’en prend aux autorités qui doivent en principe encadrer les joueurs,aider les joueurs pour que ça puisse marcher,je pense que nous avons des problèmes donc nous avons bien voulu aujourd’hui expliquer les lois de jeu aux supporters,expliquer à qui veut l’entendre que le football aujourd’hui ne peut pas se faire sans les finances. Donc je pense que ça a été une réunion très houleuse mais au finish on s’est compris. Les gens ont su qu’en fait que si le ballon continue à rouler à Bassar c’est grâce à certaines personnes puisqu’il faut sortir un peu d’argent pour payer d’abord les matériels,payer les joueurs,payer le staff technique pour que ça puisse marcher. Aujourd’hui vous avez pu constater dans la salle que les discussions ont été houleuses et les gens ont posé des questions pertinentes auxquelles nous leur avons trouvé des réponses. Tous ceux qui se passent aujourd’hui,il faut que les gens comprennent qu’on doit maîtriser les lois de jeu,les lois de l’arbitrage. On s’en prend aux arbitres,aux staff technique,aux autorités politiques qui en principe couvrent toute la préfecture et qui doivent protéger toute la population. Donc nous ne voulons plus que Bassar soit ciblé c’est pourquoi nous avons bien voulu parler à tout le monde pour qu’ils comprennent qu’on a le devoir de protéger ceux qui viennent jouer chez nous puisque le football ne se limite pas uniquement qu’à Bassar. Nous allons aussi jouer sur d’autres terrains,si on se comporte mal chez nous comment est-ce qu’ils vont nous recevoir?donc on veut que le Togo soit un pays de football et que partout où on passe on soit libre pour pouvoir jouer et que les supporters de Gbikinti fc ne soient pas vus comme rebelles.Mr Daoune
LA QUESTION D’ENTRAÎNEUR,COMMENT VOUS Y PRENEZ?Togofoot
Justement ça fait suite aux violences où nous avons vu en tout état de cause l’entraîneur contraint à la démission parce qu’une chose est de vouloir enseigner et une autre est de vouloir préserver sa vie. Nous avons accepté avec amertume cet départ d’un talentueux entraîneur mais nous allons faire avec ce que nous avons et voir si on peut trouver un remplaçant à Franck Doté qui va nous manquer parce que c’est un enfant qui fait bien son travail.Mr Daoune
LES CHANTIERS À POURSUIVRE AVANT LA PHASE RETOUR DANS MOINS DE 3 SEMAINESTogofoot
Nous n’avons plus d’entraîneur au jour d’aujourd’hui mais le reste du staff est en place donc nous allons continuer avec eux pour voir si on peut recruter un autre entraîneur,maintenant il faut chercher le nerf de la guerre,l’argent. L’argent pour payer les joueurs,le staff technique,pour pouvoir faire des déplacements. Imaginez un seul match d’ici à Lomé ce que ça peut nous coûter? Donc nous devons chercher de l’argent pour que ça puisse marché mais aujourd’hui je pense qu’avec l’aide des autorités présentes dans la salle,nous avons trouvé des bonnes volontés pour aider le club à se relever.Mr Daoune
QUE PROMETTEZ-VOUS POUR LA PHASE RETOUR?Togofoot
Nous allons remonter la pente. Vous savez que ce n’est pas facile. De la première place on se retrouve à la dixième place. Je pense que c’est grave donc nous devons montrer que cette première place que nous avons eu pendant des journées n’était pas un fait de hasard. Nous allons nous mettre au travail pour rectifier le tir pour que ça puisse marcher.Mr Daoune
UN MOT À L’ENDROIT DES SUPPORTERS ET SYMPATHISANTS DE GBIKINTI FC?Togofoot
Merci. Je les convie à bien recevoir les équipes qui arrivent chez nous et surtout d’éviter les violences sur le terrain,faire preuve de fair-play car sans ce dernier on ne peut pas jouer. Un arbitre qui se sent menacé au cours d’un match ne pourra jamais siffler en toute tranquillité. Donc nous convions tous nos supporters et sympathisants de Gbikinti à plus de fair-play. Nous voulons des vrais supporters et non des supporters qui divisent et détruisent l’équipe. Merci à vous.

À noter que cette réunion de crise a vu la participation du président de la ligue de Bassar,le chef canton de Bassar,le bureau directeur du club,les supporters et les sympathisants du club Gbikinti.Mr Daoune

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.