Les acteurs sportifs outillés sur les méfaits du dopage dans le sport

0

Les présidents  et secrétaires généraux de fédérations et des institutions rattachées sont en atelier de formation sur la lutte contre le dopage à Lomé. Occasion pour les l’assistance d’être outillée encore sur ce fléau qui fait du mal le sport.

Présent au lancement de cet atelier, le ministre des Sports et Loisirs, Lidi Bessi Kama reste mobilisée dans la lutte contre le dopage

« Le présent atelier est l’une des réponses contre le dopage dans le monde sportif, qui ne cesse de ternir l’image et la réputation de certains pays. Nous devons rester vigilants et mobilisés contre ce fléau » a-t-elle lâché.

Cet atelier respecte le cahier de charges  de la convention internationale de lutte contre le dopage

« Cette démarche est contenue dans la convention internationale de lutte contre le dopage et dans le code mondial anti dopage .Nous sommes en arrimage avec les textes qui recommandent qu’au cours de l’évaluation, qu’on puisse témoigner qu’on a renforcé les capacités des acteurs de sport. L’Unesco nous conseille d’aller vers les équipes sportives set les médecins de sport tout comme les pharmaciens » a affirmé Kaina Bèrènèkè, coordonnateur du comité national anti-dopage

La coordination nationale attend les retombées de la participation des différents responsables des fédérations

« Etant les premiers responsables, ils doivent imprimer dans leurs activités, la vulgarisation de cette formation au niveau des équipes, des clubs, ligues et autres pour que la sensibilisation puisse être intense. » a-t-il ajouté.

Les différents présidents de fédérations suivront plusieurs thématiques liées à la lutte contre le dopage. Le sportif sera au centre des débats

« Ils doivent savoir les méfaits du dopage dans le sport et ses méfaits par rapport à la carrière du sportif. La procédure de contrôle anti-dopage parce qu’ils sont appelés à conseiller les jeunes qui sont sous leur tutelle. Ils doivent maitriser comment se déroule le contrôle anti-dopage au niveau du poste du prélèvement jusqu’au résultat. Quand on a un résultat positif, il faudrait prendre ce résultat en charge. Aller à l’audience et  donner la sanction qui s’impose tout en restant conforme au code mondial anti dopage » a confié Issifou Aliou , Sécrétaire permanent de l’organisation régionale Anti Dopage  de la Zone 2 et Zone 3, présent à Lomé pour les assises.

Il a également précisé qu’un accent particulier sera mis sur l’éducation  parce que les contrôles coûtent chers et la sensibilisation a plus d’effets positifs

« L’agence mondiale anti dopage, les organisations régionales anti dopages ont compris que dans nos zones , nous avons plus besoin d’information, de sensibilisation, d’éducation aux différents sportifs que de contrôles. » a-t-il conclu

L’atélier qui dure deux jours ,prend fin jeudi à Lomé.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.