Elim CAN Féminine 2022/ Tomety Kaï «  nous avons forcément besoin de ces filles (Expatriées) »

0
Tomety Kaï

Afin de bien préparer la double confrontation contre le Sao Tomé dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2022, les éperviers dames étaient en stage du 24 au 28 septembre. Une période qui a permis à  Kaï Tomety, la sélectionneure nationale de faire l’état des lieux et jauger de la forme de chacune des joueuses. La technicienne togolaise espère l’apport des expatriées dans ces éliminatoires.

Interviewée à la fin de la séance de ce lundi, Kaï Tomety nous donne une idée de ce qui a été fait durant tous ces jours de rassemblement : << les quatre premiers jours de travail ont été consacrés au foncier, et à une évaluation des capacités physiques de chaque joueuse. Enfin, les joueuses ont été observées en situation de jeu. nous avons fait deux jours de jeu pour voir le comportement offensif et défensif des joueuses sur l’aire de de jeu. Le troisième jour, nous avons fait un travail physique, nous avons fait un travail intermittent pour voir un peu celles qui ont une vitesse maximale aérobique acceptable pour pouvoir jouer des matchs sur le plan international. Après nous avons fait un petit travail tactique. Nous avons mis en place un circuit pour voir dans notre animation de jeu ou notre système de jeu celles qui peuvent répondre. >> A-t-elle confié à la presse.

Après le travail effectué sur le terrain, l’on sent la sélectionneure insatisfaite et inquiète : << personnellement, je suis restée sur ma soif. Nous avons fait un travail qui a été coupé pendant deux ans et aujourd’hui ce que les filles sont en train de faire n’est pas aussi rassurant que ce que nous avons vu, il y a deux ans. Ça fait peur parce que les automatismes n’y sont plus. Je ne sais pas si c’est la peur d’être sélectionnée qui fait qu’elles ont le trac ou c’est la fatigue du championnat ou encore le contre coup des deux ans d’inactivité >> déclare-t-elle . << nous avons du pain sur la planche avant de faire le match contre le Sao Tomé >> souligne -t-elle.

Vu la situation aujourd’hui,  faut-il faire appel à des expatriées comme Woedikou Mafille ( évoluant en France), Gnintegma Odette , Amiratou N’djambara ( Maroc) ou encore Adinda Akpo( Ghana)? Tomety Kaï semble avoir une forte envie : << nous avons forcément besoin de ces filles par ce qu’elles constituent un noyau autour duquel nous avons construit notre jeu donc leur absence nous ferait énormément défaut>> a t-elle affirmé.

Un autre stage est prévu du 06 au 08 Octobre avant d’affronter le Sao Tomé et Tomety Kaï pense qu’il serait difficile de se prononcer sur l’effectif qu’elle aura à arrêter pour le prochain regroupement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.