Championnats nationaux : non qualifiés pour play-offs , clubs et joueurs sans repères

0

Après la première phase qui a regroupé 16 équipes réparties en deux zones de 08, le championnat de football de première division au Togo a abordé sa phase finale le 13 Mars dernier. Cette phase prend en compte les 06 meilleures formations en raison de 03 par zone pour un mini-championnat de 10 journées en aller et retour. L’équipe championne de la saison sera dégagée à l’issue de ces play-offs. Mais la question que beaucoup d’observateurs du football togolais se posent est: Que vont devenir les autres clubs quand on sait que le démarrage d’une autre saison n’est pas pour demain ?

Le championnat de football de première division au Togo a été de très courte durée (à peine trois mois) pour certaines équipes. 16 au départ, elles ne sont que 06 à poursuivre actuellement l’aventure. Parmi les 10 restantes, 02 vont évoluer en deuxième division la saison prochaine. Ce qui est gênant dans cette situation est que personne n’a une idée, du moins personne ne peut donner avec exactitude la date du démarrage de la prochaine saison. Ces clubs non qualifiés pour les play-offs vont passer plusieurs mois à la maison sans rien faire. Après une saison qui n’a duré que quelques semaines, ils peuvent passer 06 à 07 mois à la maison et attendre qu’un jour la fédération puisse lancer la saison suivante.

Pour avoir un championnat performant et compétitivité, l’un des critères à respecter à tout prix, est la régularité du championnat. Le championnat togolais est loin de respecter ce critère depuis plusieurs années et l’arrivée de la pandémie au coronavirus a encore empiré la situation. Les formats adoptés pour la saison dernière et celle en cours n’ont pas été du tout bénéfiques à certains clubs. Actuellement les joueurs et les staffs techniques des 08 clubs maintenus en D1 et les 02 relégués en division inférieure sont en chômage technique. C’est un secret de polichinelle. Les clubs togolais ne signent que des contrats d’une courte durée, sinon d’une  saison avec les joueurs et qui sont libérés juste à la fin de la saison. Depuis la dernière journée de la phase des poules, ces joueurs sont laissés à eux-mêmes. Beaucoup parmi eux, pour survivre, vont se reconvertir dans d’autres activités en attendant la saison à venir. Pour ceux qui le peuvent encore, ils vont s’expatrier vers les pays voisins pour se chercher et c’est le football togolais qui en paie le lourd tribut. Tout ce qui a été fait comme travail ces quatre derniers mois avec les clubs sont ainsi à l’eau. C’est un fait qui ne permet pas au championnat togolais de rehausser son niveau et d’attirer des joueurs étrangers. Le championnat togolais d’élite est finalement devenu un mythe de Sisyphe. Un perpétuel recommencent pour les clubs et cela ne profite à personne. Avant l’ouverture de la nouvelle saison, ces joueurs et membre de staffs techniques qui se promènent actuellement dans les quartiers et ou qui s’adonnent à d’autres activités vont perdre la main. Au lancement de la prochaine saison, il va falloir tout recommencer.

Que devrait-on faire pour maintenir ces équipes en compétition ?

La question mérite d’être posée. C’est inadmissible de laisser des équipes de première division sans compétition durant six mois. La Fédération Togolaise de Football à travers sa direction des compétitions pouvait trouver une alternative pour maintenir ces 10 clubs en plus de ceux de la deuxième division qui vont s’y ajouter bientôt en activité. La dernière édition de la coupe du Togo remonte à des années lumières. Pourquoi ne pas ressusciter ce tournoi pour donner de la matière pour ceux qui n’en ont pas ? Ou organiser une coupe de l’indépendance rien que pour ces équipes avec juste l’idée de leur offrir un créneau de pouvoir continuer par jouer au football. C’est la période propice pour la FTF de saisir la balle au bond et prendre ses engagements vis-à-vis des clubs. Au lieu de laisser des joueurs d’être des spectateurs ou se transformer carrément en conducteurs de taxi-moto, il faut prendre des initiatives pour l’aider à continuer par pratiquer leur passion. Depuis quelques semaines, le gouvernement a allégé les restrictions liées à la crise sanitaire et c’est une belle occasion pour la fédération d’organiser cette d’autres compétitions qui serait très profitable pour les équipes qui sont actuellement en vacances. Laisser ces clubs sans rien leur offrir comme compétition leur  serait préjudiciable et  une grosse perte pour le football togolais.

En l’état actuel des choses, on risque de créer deux types d’équipes de première division. Celles qui ont une saison normale de 24 journées sur 6 ou 7 mois et d’autres qui n’ont droit qu’à 14 journées sur 03 mois. Visiblement, cette situation ne dérange pas les responsables des clubs. Sont-ils à l’aise avec cette manière de faire ? Nous ne serions répondre à cette interrogation mais visiblement la situation ne les inquiète pas. Il va falloir que ces dirigeants fassent également de propositions concrètes à la fédération pour faire autrement les choses afin d’éviter de tuer les clubs lentement.

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.