Djene Dakonam Ortéga à cœur ouvert : Confinement, Getafe, assistance sociale, Eperviers…

0

De la Liga espagnole à la Bundesliga, en passant par la Premier league et la Ligue 1, tous les footballeurs jouent désormais dans la même équipe. Une formation sportive pour vaincre le Coronavirus (Covid-19). Djene Dakonam Ortéga, Sadio Mané, John Partey, Mohamed Salah, Cristiano Ronaldo, Lionel Messi… La liste n’est pas exhaustive. Mais, ce qui est sûr, tous ces ambassadeurs portent le même maillot pour défendre la cause de l’humanité. Le capitaine des Eperviers du Togo et défenseur de la séduisante équipe de Getafe en Espagne depuis 2017, a accepté de nous parler de son quotidien dans le confinement décrété il y a quelques semaines en terre ibérique. Nous avons également abordé avec Ortéga (surnom de Djéne Dakonam), la portée de ses actions humanitaires au Togo, le sujet de sa fondation. La question de la sélection nationale n’a pas été occultée. Bonne lecture !

Le Mérite Sportif : Djene Dakonam : En ce temps de crise sanitaire due au Covid-19, Comment vivez-vous le confinement et de quoi est fait votre quotidien ?

Djene Dakonam :Mon quotidien est devenu une routine. Je passe toute la journée en famille, suivre le journal à la télé pour plus d’informations, les séries. J’aide mon fils à faire ses devoirs. Le club nous a procuré un programme de travail bien défini. Je m’entraine chaque jour pour la mise en forme.

Votre club Getafe était sur une bonne lancée dans le championnat espagnol avant l’arrêt des compétitions. Dites nous ce qui se dit entre vous et vos coéquipiers. Des regrets ?

La santé est prioritaire. Nous étions sur une bonne lancée en championnat et aussi en Europa league. Mais, on est tous d’accord que sans cette santé, l’objectif ne sera pas atteint. Etant en confinement, nous continuons tous à bosser. Nous avons des programmes et par vidéoconférence, le staff se rassure du travail demandé. Nous prions tous que ce moment passe vite afin qu’on retrouve les compétitions. Nous nous préparons en conséquence pour être prêt et continuer dans cette dynamique au retour de la compétition

Vous êtes l’un des rares internationaux togolais à poster sur la toile des messages de sensibilisation à l’endroit de la population togolaise pour empêcher la propagation du Covid-19. Y a-t-il d’autres actions à envisager ? Quels messages aimerez-vous transmettre davantage aux populations ?

J’avais posté une vidéo de sensibilisation à l’endroit de la population. Nous sommes en train de traverser un moment très difficile. Raison pour laquelle j’ai recruté quelques médecins pour mieux sensibiliser sur le terrain. Cela est accompagné de vivres pour les ménages les plus vulnérables. Cela s’est fait dans mon quartier à Totsi et à Ségbé, où je réside maintenant. Il faut noter que le service sanitaire est le plus exposé et il faut l’encourager. Dans les jours à venir, je partagerai des tenues dignes de ce nom dans les cinq (5) régions du pays, juste pour couvrir quelques médecins qui s’occupent des infectés. Respectons les consignes de l’OMS, de l’Etat, afin qu’ensemble, nous gagnons cette lutte. Soyons responsables.

Vous avez lancé une fondation. La fondation DD21. D’où vient l’idée et parlez-nous un peu de cette initiative.

Par rapport à ma fondation, je vous inviterai à la conférence de presse officielle pour répondre à toutes vos questions. Ce sera bientôt !

Que pensez-vous de la position aujourd’hui des Eperviers du Togo, sélection dont vous êtes le capitaine, dans leur groupe pour les éliminatoires de la prochaine CAN. L’espoir est-il permis ?

Sincèrement, nous avons mal débuté ces éliminatoires. Nous avons une équipe qui n’est pas régulière. Nous sommes conscients de cela. Il va falloir changer certaines habitudes, améliorer d’autres et parfaire un certains nombre de choses. Il faut plus de sérénité, d’envie et de motivation. Jouer pour son pays est une fierté et cela doit se sentir sur le terrain. Il reste quatre (4) matches, nous sommes optimistes. Il faut qu’on les joue à fond et avec le cœur. Nous avons également besoin de notre public. Je sais bien qu’ils font de leur mieux. Nous sommes tous Togolais et c’est ensemble que nous seront qualifiés.

Votre mot pour clore cet entretien…

Pour terminer, la santé n’a pas de prix. Respectons les consignes des services publics et sanitaires. Protégeons-nous et protégeons nos proches. Courage aux médecins qui s’occupent de ces patients infectés. Que le tout puissant nous protège.

source:  Mérite sportif du 16 Avril 2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.