Exclu/Woedikou Mafille sur l’annulation de la CAN féminine 2020 « On aurait peut-être eu la chance de participer à notre première CAN »

0

La CAF a décidé le 30 juin dernier, d’annuler la Coupe d’Afrique dames qui devrait se tenir courant de cette année. La pandémie au Coronavirus est la cause principale. Les éliminatoires ne sont pas jouées jusque-là et le pays hôte, le Congo Brazzaville a désisté récemment. Plusieurs acteurs du football sont déçus de cette situation surtout que les évènements au niveau des hommes ont été reportés et pas annulés.

Woedikou Mafille , l’internationale togolaise de l’Aj Auxerre n’est évidemment pas ravie de cette décision « Je vous avoue sincèrement que je suis déçue par cette décision de la CAF et je pense bien que je ne suis pas la seule. J’ai vu sur les réseaux sociaux que plusieurs joueuses étaient aussi déçues. Je pense notamment à la capitaine de la sélection camerounaise ABOUDI ONGUENE qui évolue en Russie. Elle aussi était profondément déçue. En fait, je pensais vraiment qu’on allait reporter l’événement comme chez les garçons, c’est bien vrai que pour cette CAN féminine le pays organisateur n’était pas  encore désigné et on n’était encore au niveau des  éliminatoires. » a-t-elle confié à notre rédaction

Le Togo était engagé dans ces éliminatoires et devait jouer au premier tour le Niger. Les joueuses togolaises, après leur participation au tournoi de l’UFOA B, étaient persuadées que c’était une belle opportunité pour se faire valoir et espérer gravir les échelons et pourquoi pas , se qualifier. La CAN devant se jouer à 12. « C’était aussi la première Can qui devrait se jouer avec 12 équipes. Une opportunité qui était intéressante pour nous, les petites équipes. On aurait peut-être eu la chance de participer à notre première Can, maintenant on doit encore attendre jusqu’en 2022 pour espérer disputer une compétition continentale. » a-t-elle ajouté.

Le manque de compétition est le problème crucial du football féminin. Les championnats nationaux sont rares et organisés dans un amateurisme béant « Je rappelle que la majorité des footballeuses africaines  manquent encore de compétitions au niveau national (la plupart des championnats sont irréguliers) au niveau régional, continental et ne parlons pas du niveau international » a-t-elle précisé

En reconnaissant tout de même qu’une CAN féminine en 2020 était quasiment impossible, elle salue la création de la ligue africaine des championnes « Je tiens cependant à dire que j’approuve totalement la décision de la CAF de ne pas jouer la CAN féminine cette année en raison de la pandémie de la Covid-19, la santé en effet est primordiale. Je salue aussi la décision de la CAF de lancer l’année prochaine la création d’une Ligue africaine des Championnes, et j’espère vraiment qu’au Togo, le championnat sera plus régulier afin qu’on ait un club qui puisse valablement nous représenter. »

Woedikou Mafille , porte flambeau du football féminin togolais a rejoint il y a quelques jours, l’A J Auxerre qui évolue en régional 3 ( 3e division) en provenance de l’Entente Sportive Poitiers 3 Cités.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.